Poêlées·Recettes salées

Miam… de l’épeautre à la tomate et aux champignons !


En vidant petit à petit mes placards (toujours en vue du déménagement), je suis tombée sur un pot en verre rempli d’épeautre (que j’ai d’abord pris pour de l’orge entier, bravo la clairvoyance) qui datait sans doute de Mathusalem. On utilise très rarement l’épeautre, et c’est sans doute un tort. Ancêtre du blé, il a été énormément consommé par les égyptiens, les romains et les gaulois – à l’époque de Mathusalem, donc. Sa teneur en protéines est intéressante (12g pour 100g d’épeautre) et il est riche en magnésium et vitamines B (B1 et B9). Il est bon pour le transit, le stress, le sommeil et contient  8 des 9 acides aminés essentiels ! (C’est à dire le truc dont on a en réalité besoin quand on prétend avoir besoin « de protéines ». On a besoin des acides aminés qu’il y a DANS les protéines (animales ou végétales, on les y retrouve toutes, même si pas en même temps). L’épeautre fait également baisser le taux de sucre et de cholestérol dans le sang. Pour finir, sa texture est plutôt originale, à la fois tendre et craquante.

Je ne savais pas du tout comment cuire cette céréale ; j’ai opté pour une sorte de risotto-tomate avec une précuisson de l’épeautre. C’est ce qu’on peut reprocher à cette céréale – un temps de préparation tout de même assez long (il faut croire que les égyptiennes, les romaines et les gauloises n’avaient rien de mieux à faire).
Comptez donc une nuit de trempage et une heure de cuisson avant la préparation du plat qui suit.

Épeautre à la tomate et aux champignons

Ingrédients (pour deux personnes)
– 250g d’épeautre cuit *
– 60g de protéines de soja texturées
– 3 beaux champignons de Paris
– un oignon
– un bocal de coulis de tomates (environ 400g)
– une gousse d’ail
– sel, poivre
– huile d’olive
– bouquet garni (facultatif)

* Cuisson du petit épeautre
Mesurez votre volume d’épeautre. Idéalement, faites-le tremper une nuit dans un grand volume l’eau – cela diminuera le temps de cuisson et son taux d’acide phytique (qui nuit à l’absorption du calcium).
Rincez l’épeautre. Faites bouillir de l’eau (deux fois le volume de l’épeautre (eh oui, c’est pour ça qu’il fallait le mesurer avant)) et jetez-y l’épeautre. Salez et ajoutez un bouquet garni (facultatif). Laissez cuire en eau frémissante de 45 minutes à 1h (selon qu’il ait trempé ou non). Coupez le feu, couvrez la casserole et laissez gonfler l’épeautre pendant une dizaine de minutes. Récupérez votre bouquet garni.

Préparation
– Mettez vos protéines de soja à tremper dans de l’eau pendant minimum 1/4 d’heure.
– Pendant ce temps, émincez l’oignon et hachez l’ail. Mettez le tout à revenir dans une poêle chaude avec un peu d’huile d’olive pendant quelques minutes.
– Lavez et coupez le bas du pied des champignons. Émincez-les et ajoutez-les à la poêle.
– Lorsque les champignons commencent à dorer, égouttez les protéines de soja et ajoutez-les dans la poêle. Laissez cuire quelques minutes.
– Ajoutez un demi verre d’eau, puis le coulis de tomate, le demi bouillon cube et le bouquet garni (je ne sais pas s’il diffusera encore grand chose mais voilà.)
– Laissez mijoter une vingtaine de minutes en rajoutant si besoin de l’eau. Coupez le feu lorsque la consistance du plat est celle d’une belle sauce tomate, réduite mais encore généreuse. Retirez le bouquet garni (c’est bon, vous pouvez le jeter cette fois) et servez bien chaud.

Je conseille de saupoudrer le plat de levure de bière maltée, le goût se marie très bien avec la tomate.

Bon appétit, peas & love !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s